Accueil > Témoignages > Marsupilami

"Sur la piste de Marsupilami" accessible
aux personnes sourdes et malentendantes

Pour la première fois, les cinémas Gaumont Pathé organisaient des séances sous-titrées d’un film français dans l’ensemble de leur réseau. Plus de 71 salles sur 51 villes selon nos estimations ont projeté un film français en version française sous-titrée : un record !!!

Pour ma part, en tant que sourde cinéphile, je suis allée au cinéma Gaumont Alésia à Paris avec une amie entendante. J'ai été agréablement surprise de découvrir des affiches indiquant « Sur la piste de Marsupilami en VFST » (cf. photos) placardées à l’entrée du cinéma, à la caisse et même à l’entrée de la salle. Juste au moment où le film a commencé, une annonce a également été effectuée pour prévenir les spectateurs de la salle que le film qu’ils allaient voir serait sous-titré pour les personnes sourdes et malentendantes. C'est une opération de communication bien menée.


photos_vfst_marsupilami

Des inégalités entre les villes constatées

La communication faite autour des séances sous-titrées et même le nombre de ces séances ne sont pas les mêmes selon les cinémas fréquentés.

En effet, à Chessy, sur le site www.cinemasgaumontpathe.com, Gaumont Disney indiquait que deux des séances prévues sont accessibles aux personnes sourdes et malentendantes. Or, quelques personnes ont fait face à de mauvaises surprises.

Quand j’ai appris que le cinéma Gaumont Chessy projetait le film « Sur la piste du Marsupilami » en version française sous-titrée, j’étais ravie car c’est à proximité de chez moi, du coup je n’étais pas obligée d’aller à Paris pour voir ce film avec sous-titrage (surcoût de transport). Malheureusement, cela a été un échec : tout d’abord ni le guichetier, ni les contrôleurs de billets n’étaient au courant d’une séance sous-titrée de ce film, les contrôleurs ont dû demander confirmation auprès du service programmation. Je m’installe en scrutant attentivement l’écran quand le film commence, et… pas de sous-titres !! Je retourne voir les contrôleurs pour leur demander le sous-titrage. L’un des employés s’est renseigné, il semblerait que le projecteur n'aurait pas lancé le bon DCP avec le sous-titrage. Je retourne tout de même dans la salle afin de regarder le film mais sans sous-titres. Les marsupilamis sont adorables comme tout, mais j’ai du coup loupé les dialogues et l’humour du film. A la fin de la séance une autre employée est venue me voir afin de me rembourser et m’a expliqué qu’ils ont rencontré des problèmes avec le DCP.
Bénédicte, Chessy.

Un jour, j'ai appris qu'il y avait des sous-titres au cinéma à Chessy, avec toutes les informations données (les dates et les heures précises). J’étais venue avec mon compagnon et son fils qui sont entendants à cette séance précise. Malheureusement les sous-titres n’apparaissent pas. J‘étais déçue. Tout le monde rit, et moi, je n'arrivais pas à rire car je ne comprenais pas l'histoire (la moitié). En plus le guichet m'a confirmé qu'il n'y avait pas de sous-titres dans la grande salle avant de rentrer. Il n’était pas au courant.
Virginie, Chessy.

Aucune séance sous-titrée du film Sur la piste de Marsupilami n'a été organisée à Saran ou à Strasbourg malgré une forte présence de personnes sourdes et malentendantes dans ces villes. Pour se rattraper, à Strasbourg, pour la première fois pour les sourds et malentendants de Strasbourg, deux séances sous-titrées du film Le Prénom ont été mises en place.

Quand il n’y a pas de cinéma Gaumont Pathé dans une ville, ce qui est le cas à Lille, les personnes sourdes et malentendantes doivent se rendre dans la ville la plus proche où une séance sous-titrée est organisée. Dans ce cas-là, par exemple pour Lille, il était possible de voir le film à Arras ou à Amiens.

Je n'ai pas vu le marsu, mais Intouchables à Lille, c'était génial ! Merci beaucoup de votre initiative que vous nous apportez, car jusqu'à présent on n'allait jamais voir des films français au cinéma ! Alors merci !
Un sourd de Lille.

Après des années de non participation au cinéma, je suis contente de voir des films français (en bonne position pour la population française) en version française sous titrée. Je suis bien contente que les films soient accessibles aux personnes sourdes et malentendantes.
Cinéma à CAEN, Nathalie habitant au MANS !

Un plaisir de découvrir… et une bonne qualité…

Sur la piste de Marsupilami est un film familial, dont le sous-titrage a permis à des parents sourds/entendants d'emmener leurs enfants entendants/sourds le voir. Les films français n'értant habituellement pas accessibles, il n'est donc pas possible à une personne sourde de se rendre à une projection d'un film avec sa famille ou ses entendants. Or, grâce au sous-titrage, cela est maintenant chose possible. Il s'agit donc d'éprouver un réel plaisir en passant un bon moment avec son entourage et de pouvoir échanger avec lui ses impressions sur le film, et ce, grâce au sous-titrage.

Un vrai régal de pouvoir partager ça en famille/amis entre sourds et entendants !

Quant à la qualité du sous-titrage, elle est excellente. On peut apprécier une chanson sous-titrée de Céline Dion "I’m alive" ou encore découvrir quelques mots en langue étrangère, tel le mot "Palombie" qui est issu d'un mélange des langues française et espagnole.

Alertée par CinéST, je suis allé voir avec mon neveu  la version sous-titrée du film  "Sur la piste du Marsupilami" au Gaumont Gobelins, à coté de chez moi, début avril (jeudi 5 je crois). En fait, je me forçais un peu au départ  car ce n’est pas à priori le genre de film que j'affectionne. J'y allais surtout pour saluer la sympathique initiative de Gaumont et son effort d'accessibilité vis à vis des sourds et malentendants. Finalement j'ai passé un assez bon moment de cinéma. Le film est un peu "lourd" certes,  c'est du burlesque, mais les acteurs ne se prennent pas au sérieux. Au final, c'est plutôt sympa. Ça frise même presque parfois le 2nd degré,  quand le méchant dictateur  sud américain, incarné par Lambert Wilson, se prend pour Céline Dion par exemple, (on dirait alors Freddy Mercury , le génial ex chanteur de Queen).  En tous les cas le sous titrage est excellent, bien adapté aux sourds et malentendants. Tous les bruits ambiants nous sont signalés, et en plus, à la fin, les bébés marsupilamis sont adorables.
Merci Gaumont, merci CinéST.

Aline, Paris.

Un seul regret, les mini-vidéos au générique. Il y avait une vidéo où Céline Dion appelle le général, mais on n'a pas eu le début du sous-titrage et comme en plus il y avait du texte qui défilait dessous, on avait eu du mal à suivre ce qu'elle disait, snif.
Meya, Aix-en-Provence

Des cinémas qui ont déjà mis en place des séances sous-titrées

Avant de généraliser les séances sous-titrées dans les cinémas Gaumont & Pathé, de nombreux cinémas avaient déjà commencé à projeter des films français sous-titrés au cinéma à Rouen, Grand-Quevilly, Lyon, Marseille et Nantes.

N’oublions pas non plus les cinémas indépendants qui organisent également des séances sous-titrées depuis plusieurs mois ou années notamment à Paris (Les Ecrans de Paris et Le Saint-Germain-des-Prés), Montpellier (Le Royal), Bordeaux (les cinémas l’Utopia et Jean-Eustache) et Ramonville-Saint-Agne (cinéma l’Autan).

Nous tenons à remercier le cinéma Royal à Montpellier pour leurs efforts d’afficher clairement les films français sous titrés, à la fois sur les affiches à l’extérieur, que dans les journaux locaux et sur Facebook.
Aisa de Montpellier.

Suite au succès du film, les cinémas Gaumont et Pathé ont renouvelé l’expérience avec Le Prénom d'Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte ainsi que les cinémas indépendants. Merci à eux !!!!

Une meilleure liberté de choix des dates et horaires

Vraiment dommage pour les dates car j'ai constaté que les films sous titrés ont eu lieu les mêmes jours dans Paris et sa région parisienne donc ce serait mieux que ce soit les dates différentes pour que les sourds puissent choisir et en plus en ce moment ce sont des vacances scolaires il n'y a pas de films sur marsupilami,  je suis vraiment déçue car je voulais emmener ma fille au cinéma Il y a encore du travail à faire pour la non-accessibilité !!! Les sourds n'ont pas de choix : jour, horaires et trop limités
VP, Paris

J'ai été au cinéma à GAUMONT PARNASSE à PARIS, le sous-titrage du film est très correct. Je n'ai rien à reprocher mais par contre peu d'accessibilité sur les choix d'horaire. Il faut proposer plusieurs horaires dans la journée avec les sous titres au lieu d'un SEUL CHOIX dans la journée....
Bernard, Paris

J'ai pris beaucoup de plaisir à voir "Sur la piste du Marsupilami" dans un sous-titrage assez fidèle et précis. Bon point pour la mention en début de projection qui explique que la copie est sous-titrée pour les sourds et malentendants. En revanche, il serait peut-être judicieux de différencier les horaires des séances sous-titrées selon les cinémas parisiens plutôt que de les synchroniser partout.
Viguen - Paris

Nous espérons tous que d’ici 2015, tous les films français seront sous-titrés pour les personnes sourdes et malentendantes avec la possibilité de choisir les films et les séances.

Paroles de sourds et malentendants

Que c'est agréable de pouvoir choisir le cinéma pour voir "Sur la piste du Marsupilami"... Le sigle vfst est clairement indiqué dès l'entrée du cinéma, puis dans la file d'attente et enfin aux caisses !!! L'accueil du personnel au cinéma Gaumont Parnasse est très chaleureux, s'adaptant à notre mode de communication.
Enfin quel bonheur de découvrir sur l'écran avant que le film commence, vfst écrit en grand pour prévenir une fois de plus le grand public... La salle était bien remplie, des sourds anonymes parmi les anonymes !!
J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre le film sous titré, pouvant rire comme tous des gags et jeux de mots ! Bref, une très bonne soirée en espérant que d'autres suivent !!

Manue, Paris.

Pour ma part, j’ai beaucoup aimé pouvoir retourner ainsi dans la salle de cinéma avec mes amis entendants sachant qu’ils comprendraient le film en même temps que moi. Pouvoir à nouveau partager en direct avec eux la culture Française et ne plus me sentir exclue voire recluse.
Pouvoir être « à la page », me sentir à égalité avec le reste de la population fut une superbe expérience.
Lire dans les yeux de mon ami, qui était venu avec sa famille, son bonheur, son soulagement presque, fut très émouvant.
J’ai apprécié l’attention des caissières et ouvreuses face à la surdité, l’information semble être bien passée en Avignon.
Je souhaite de tout voir, cela m’a ré-ouvert mon appétit, ma soif de culture, à quand le théâtre sous titré ?
Je regrette cependant une chose c’est le manque de publicité pour le sous titrage sur ces séances, j’aurai aimé que cela soit inscrit sur toutes les affiches de cinéma et en très gros sur le devant des cinémas afin de générer encore plus de monde sourds et malentendant (là il n’y avait qu’une tout petit flyer jaune sur le côté de la caisse, j’ai même failli le manquer).
Pour moi c’est une révolution, j’ai eu l’impression de faire partie de l’histoire, je souhaite que cela soit toujours ainsi, que la culture Française marque enfin un tournant, que tous les films Français soient accessibles aux sourds et malentendants.
Dés à présent, j’ai une pensée pour les aveugles… mais ça, c’est encore une autre histoire.

Paulie, Avignon.

Tout d'abord, merci à CinéST, d'avoir rassemblé toute cette motivation au sein des sourds et des cinémas, ça donne vraiment un truc super, il y a de plus en plus de films sous titrés, c'est génial. J'avoue que jamais je n'aurais pensé qu'il puisse y avoir un jour des films français sous titrés au cinéma. C'est quelque chose de formidable qui a vu le jour en très peu de temps...car oui, en UN an seulement, on voit tellement de résultats ! Tellement d'évolutions ! C O N T I N U O N S ...!
Par rapport dans un cinéma Pathé à Lyon, le problème que j'ai rencontré c'est qu'ils prévoyaient des séances relativement tôt le matin, bref ce n'est pas de tout confort, ca démotive pas mal. L'accessibilité passe aussi par cela, une accessibilité dans les horaires. Il est important qu'on ne se sente pas comme des "bouche trous" (boucher les trous de Pathé, remplir les salles qu'ils n'arrivent pas à utiliser).
Et puis il y a quelque chose qui m’avait particulièrement choquée en début d'année...C'est le fait qu'en allant voir "Intouchables", je me suis trompée de salle ! A la même heure (à 5-10 min près..), il y avait le même film diffusé dans deux salles différentes, une salle pour les entendants, et une salle (où est projeté le film en VFST contrairement à l'autre salle) pour les sourds. Et là...c'est un peu discriminatoire.

Chloé, Lyon.

Je suis une maman malentendante d’une fille de 11 ans, entendante.
Je suis appareillée d’une oreille et totalement sourde de l’autre. Le 7 avril je suis allée avec ma fille et une de ses copines voir la séance en VFST du film "Sur la piste du Marsupilami" au Gaumont Capucine près de l’Opéra à Paris à la séance de 17H30.
Cela s’est très bien passé, j’ai enfin pu voir un film avec ma fille et on a bien rigolé car le film était très drôle et je suis fan de Djamel Debouze.
Je trouve que c’était bien sous titré et j’ai bien été emportée par l’action ; et après le film, j’ai demandé aux filles si cela les avait dérangé d’avoir le sous titrage ; elles m’ont répondu que non, elles n’y avaient même pas fait attention.
Ce jour là, à cette séance, me semble t-il, la majorité des spectateurs était entendant et apparemment cela ne les avait pas dérangé non plus car tout le monde a applaudi.
Je voulais dire aussi que nous avons été bien accueillies.
A renouveler, car pouvoir aller au cinéma en famille, c’est vraiment bien.

Pascale, Paris.

Etant atteinte de surdité évolutive (je ne pratique par la langue des signes), j'ai été ravie de voir le film Intouchables en VFST en famille (mon mari et ma fille sont entendants). Je n'étais pas allée au cinéma depuis quelques années sauf pour voir des films étrangers en VOST ou The Artist ! Je remercie donc vivement toutes les personnes qui oeuvrent pour l'accessibilité des sourds au cinéma et plus largement à la culture.

Laurence, Chambéry.

Depuis l’apparition du sous-titrage des films français au cinéma, j’accède enfin à la culture cinématographique française. En effet, avant cette mise en place, je connaissais très peu de nos films récents, à part quelques films ayant connu un succès comme « Amélie Poulain ». Il m’avait fallu pourtant attendre la sortie du DVD. En plus, seuls les films français ayant eu du succès sortent en DVD sous-titrés, ce qui n’est pas juste par rapport à des films français moins connus. Depuis cette nouvelle initiative, j’ai pu voir des films tels que « La guerre est déclarée » (quelle émotion dans une salle de cinéma devant un film qui sous-titrait la musique, le bruitage, contrairement aux films étrangers en version originale sous-titrée !), « Intouchables », « Les Lyonnais », « La Vérité si je mens 3 » et « Sur la piste du Marsupilami ». Maintenant, les noms des acteurs français ne sont plus un mystère pour moi ! Ce que je souhaite : que de plus en plus de films français soient sous-titrés dans les cinémas pour que les sourds et malentendants aient accès à toute la palette du cinéma français !

Lucie, Lyon.


CinéST remercie toutes les personnes qui ont témoigné pour cet article, les cinémas qui ont organisé des projections sous-titrées et surtout Pathé d’avoir permis de sous-titrer le film et la bande-annonce pour les personnes sourdes et malentendantes.

CinéST, l’Unisda et Medias-soustitres.com tiennent à rappeler la demande forte des publics de personnes sourdes ou malentendantes auprès des pouvoirs publics et notamment auprès du ministère de la Culture, à savoir :

  • Dès 2012, 2 films français accessibles par mois lors de séances sous-titrées dans la semaine de leur sortie en salles, dans les principales villes (niveau régional)
  • En 2013, 6 films accessibles par mois lors de séances sous-titrées dans la semaine de leur sortie en salles, dans les principales villes (niveau préfectoral)
  • En 2015, tous les films français accessibles lors de séances sous-titrées dans la semaine de leur sortie en salles, dans les principales villes (niveau sous-préfectoral)

A bientôt pour de nouvelles aventures et articles sur l’accessibilité des films français au cinéma...

Article publié le 12 mai 2012

Emmanuelle ABOAF, co-fondatrice du site CinéST.